Hockey Le Magazine

Blogue Mario Brisebois | Omnium britannique: Carnoustie peut vous réserver des surprises

Jean van de Velde (Daily Express)
Jean van de Velde (Daily Express)

Un conseil: si jamais il s'organise un pool en marge de l’Omnium britannique dans votre entourage sur votre 19e trou préféré, gardez-vous donc une petite gêne pour ne pas parier trop vite sur le joueur qui finira en première place.
 

Mario Brisebois | MonGolf.ca

Collaboration spéciale

 

Il y a là un grand danger de le faire et ce n'est pas moi qui le dit. C’est l'histoire de Carnoustie qui le confirme. 

 

Ce n'est pas un hasard et ni par humour écossais que l'endroit est surnommé « Car-Nasty ».  

 

Des sept présentations sur cette normale 71 de 7402 verges en bordure de la mer du Nord, Ben Hogan a été le seul meneur avec 18 trous à compléter qui soit parvenu à l'emporter.      

 

Si les évènements ont montré que le Tournoi des Maîtres se décidait au dernier neuf le dimanche après-midi, Carnoustie sait étirer le suspense et la misère puisqu'au 18e.

 

Rappelez-vous les images épouvantables de Jean Van de Velde qui, le bas du pantalon retroussé jusqu'aux genoux, a tenté de jouer sa balle dans l'eau du ruisseau devant le vert.

 

Devant nos télés, on a tous eu mal au ventre en le voyant le cousin s’enfarger et inscrire un triple boguey pour perdre son avance de trois coups et éventuellement le titre en prolongation. 

 

La victoire était allée à l'Écossais Paul Lawrie avec une fiche de +6.

 

Dans la rotation des parcours, Carnoustie est considéré le plus exigeant et, chose très certaine, c’est indéniablement le cas de son 18e, une normale 4 de 499 verges.

 

Au retour à cet endroit en 2007, Padraig Harrington y avait sauvé en conclusion un double boguey in extremis avant d'aller en surtemps et de l'emporter encore une fois devant Sergio Garcia lui même auteur d'un boguey à ce même 18e.

 

Un autre conseil : à «Car-Nasty», ne fermez jamais la télé avant la toute fin s'il-vous-plait!

 

Le bois 1 au chômage 

Ils sont nombreux à « jouer avec leur équipement », c'est-à-dire à penser à des substitutions de bâtons en prévision du tournoi de Carnoustie.

 

Phil Mickelson est du nombre envisageant très sérieusement de remplacer le bois de départ par un bois 3 fort pour garder la trajectoire et balle le plus basse possible ou encore frapper à ras de sol.

 

On pourrait très bien renommer le fer 1 le bâton d'utilité, Phil estimant qu'il pourrait servir au moins dix fois chaque jour des tertres de départ.

 

Ce que Lefty ne doit obligatoirement pas oublier est son livret des règles ayant été sanctionné à deux occasions en un mois à l'Omnium des États-Unis et au Greenbrier.  

 

En bref…

La présentation de l’Omnium britannique est la 147e… À sa première visite, Rickie Fowler raconte s'être d'abord familiarisé avec Carnoustie via un simulateur comme vous le faite l'hiver dans les centres spécialisés. 

 

Tiger Woods était l'invité de Serena Wiliiams dans la loge de celle-ci lors de la finale de Wimbledon. Pas de problème pour un conducteur de Grand Prix de retourner à l'hôtel puisque le pilote Lewis Hamilton était là aussi… 

 

Adam Hadwin est qualifié en raison de sa place au top 50 mondial…

 

L'ami Gilles Terroux m'apprend qu'ils seront quatre du Québec à tenter leur chance à l'Omnium britannique chez les seniors. Puisque c'est la semaine prochaine, on promet de revenir avec les détails. 

 

Trump encore en conflit

Un golfeur pointé du doigt en Écosse est Donald Trump. Après son très chaotique séjour en Angleterre et avant son tête-à-tête avec Vladimir Poutine, voilà qu'on l'accuse de conflit d’intérêt.

 

Et pas par n'importe qui. Par, entre autres critiques, le New York Times.

 

On dit que son séjour à Turnberry était strictement commercial et cela pour des motifs personnels. On prétend qu’il ne cessait de répéter le nom du complexe golf-hôtel pour publiciser sa propriété qui n'irait pas bien financièrement depuis qu’il en a fait son acquisition.  

 

Il y aussi si une recherche journalistique en cours à ce propos, étant donné qu’il sont nombreux ceux et celles qui se questionnent comment et où Trump a pu trouver 100 millions de dollars pour moderniser l'endroit.

 

Dernières nouvelles

Social