Hockey Le Magazine

BLOGUE MARIO BRISEBOIS | JOHNNY MILLER VU PAR MICHEL LACROIX

Johnny Miller
Malgré toute la place qu'il occupe, le Super Bowl n'est le seul évènement du début février à retenir notre attention. Il y a aussi la retraite de Johnny Miller après une carrière de 50 ans dans l’environnement du PGA Tour, dont les 29 dernières années à NBC.

 

Mario Brisebois | MonGolf.ca

Collaboration spéciale 

 

Le Championnat Wasted Management, présentement en cours à Phoenix et où il avait gagné par la ronflante marge de 14 coups en 1975, sera le dernier de l'analyste dont les propos n'ont pas toujours fait l'unanimité auprès des joueurs. Oh que non!

 

On a joint Michel Lacroix, notre « Monsieur golf à RDS », animateur de l’émission Au 19e et collaborateur régulier à la Revue Golf International, afin d’obtenir ses commentaires sur le style de son célèbre collègue.  

 

« J'en connais quelques-uns qui ne seront pas fâchés de voir Johnny Miller prendre sa retraite, mais il faut avouer qu'il avait le courage de défendre ses opinions, commence par dire Michel Lacroix. Il était peut-être trop rapide pour critiquer, mais il n'a jamais refusé de prendre position. Très fier de ses réalisations en tant que joueur, il avait tendance à minimiser les exploits de la nouvelle génération, notamment les résultats obtenus lors des tournois majeurs.

 

« Mais il n'a jamais craint d'indiquer que tel ou tel joueur avait manqué son coup ou qu'il avait croulé sous la pression, ajoute notre ami Michel. On savait qu'il ne devait rien à personne et qu'il n'y avait pas de demi vérités avec lui. »

 

Pour la suite des choses, Johnny Miller retourne à sa famille à plein temps. Double vainqueur au grand chelem et membre du Panthéon, il est grand-père 24 fois.

 

Paul Azinger sera son successeur au réseau NBC.

 

Y AURA-T-IL UNE SAISON À INVERNESS? 

Les membres et les voisins immédiats au Club de golf Inverness, au Lac Brome, sont nerveux. Ils étaient une quarantaine à la mi-janvier en réunion spéciale. L'avenir du 18 trous de Lac Brome était à l'agenda. 

 

Il faudra voir, mais il se pourrait qu'il n'y ait pas de golf à cet endroit la saison prochaine.   

 

On y poursuivrait l'entretien des 18 trous, mais pas les opérations. Les abonnements prépayés seraient remboursés. Ce serait là l’intention du propriétaire, Marc Fontaine. 

 

En aucun temps jusqu'à maintenant, la mise en place d'un complexe domiciliaire n'a pas été évoquée. 

 

La situation a néanmoins incité les habitués et des résidents dans les maisons adjacentes au terrain à se rassembler pour sauver la saison.

 

Une éventuelle location du parcours et la mise en circulation d'actions ont été proposées, mais encore là faudra-t-il voir, les finances ne s'avérant pas un si grand enjeu, mentionne-t-on. 

 

La Voix de l'Est n'a pu joindre Marc Fontaine, retenu à l'extérieur du Québec. 

 

Il faudra voir, mais Inverness pourrait être le deuxième golf à cesser les opérations en plus du Lac Brome. Le maire a été visité pour obtenir le support de la municipalité. 

 

Une histoire à suivre…

 

DEBBIE AUSSI EXCELLE DANS L’ENSEIGNEMNET DU SKI 

Pour être de saison, saviez-vous que le ski alpin s'avère la deuxième passion sportive de Debbie Savoy-Morel, honorée la semaine dernière à titre de professionnelle en titre par excelle par la PGA du Canada, ce qui est énorme comme reconnaissance l'organisme comptant 3600 membres?

 

Mais plus encore, sachez que Debbie possède la compétence et la certification nécessaires pour enseigner le ski. La professionnelle émérite du Mirage détient son niveau II de l'Alliance canadienne des moniteurs.

 

Vous saluerez la dame si vous la croisez sur les pentes du Mont Sainte-Anne ou à l'épicerie de Beaupré.

 

MORLAND IV RATE PAR UN COUP

Voilà le genre d'histoire qu'on voudrait ne jamais devoir écrire et elle concerne le Canadien David Morland IV qui a pris part à la qualification du Circuit sénior d'Europe au Portugal. 

 

Moreland a raté par un seul petit coup la 5e et dernière place permettant d'obtenir sa permanence lorsqu’il a conclu la ronde finale avec un 75, dont 40 sur le neuf de retour à la suite de quatre bogueys consécutifs. 

 

Après avoir franchi la pré-qualification la semaine dernière, le vice-champion canadien, Jean Laforce, n'a pas été retenu pour la journée finale, sa 44e place sur les 74 aspirants étant insuffisante.

 

PREMIÈRE FÉMININE 

Dans les autres nouvelles cette semaine, la PGA a nommé une première femme à la présidence d'un des circuits sanctionnés en choisissant Alexandra Baldwin pour prendre la barre de sa série Web.com.

 

Dernières nouvelles

Social